Coney Island : New York les bains !

Jusqu’en 1870, Coney Island était une île, séparée de Long Island par un marais. Il fallait plusieurs heures pour la rejoindre en bateau à vapeur. Depuis, l’île a été reliée au continent par deux ponts et cet évènement a changé son destin. Parce que Coney Island a un atout de taille : c’est la plage de sable fin la plus proche de Manhattan.

Au début du XXème siècle, il n’y avait pas de climatiseurs pour refroidir les appartements surchauffés par la chaleur accablante de l’été new-yorkais. Alors, tout le monde se précipitait à Coney Island pour profiter d’un peu de fraicheur au bord de l’océan. D’autant que le trajet depuis Manhattan en métro n’est que de 40 minutes (prendre les lignes D, Q N ou F jusqu’à la station Stillwell Avenue, c’est simple, c’est le terminus !).

Le nom de Coney Island vient du hollandais ancien « Conyne Eylandt », qui signifie Île aux lapins. L’île était, avant l’arrivée des hôtels et de l’activité balnéaire, envahie de lapins de garenne. Les indiens locaux, la tribu des Lenapes, appelaient l’endroit « Le pays où il n’y a pas d’ombre », évoquant le fait que la plage regardant le Sud, on est toujours face au soleil en regardant la mer.

La légende veut que ce soit à Coney island qu’ait été inventé le hot dog (en 1867 par Charles Feltman, un vendeur ambulant qui avait trouvé l’astuce de conserver les saucisses au chaud dans de l’eau placée dans un récipient isotherme, et de fabriquer un pain adapté). En tous cas, c’est ici qu’il faut en déguster, notamment chez Nathan’s, la référence absolue en la matière.

Si vous allez à Coney Island, vous ne pouvez pas manquer Nathan’s, c’est juste en face de la sortie du métro, là où il y a la queue chaque jour de l’année. Les new-yorkais ont une tradition : ils font le plein de hot dogs ici, et vont les manger ensuite en bord de mer (il faut dire qu’autour de Nathan’s il n’y a pas vraiment d’endroit pour faire une pause repas).

Chaque année, Nathan’s organise le concours du plus gros mangeur de hot dog (le 4 juillet à midi), Les quantités que sont capables d’ingurgiter les participants sont assez impressionnantes (on est proche des 60…). La liste des vainqueurs est affichée sur le coté du bâtiment. On n’ose pas imaginer les problèmes de digestion qui s’en suivent.

Si vous êtes lassés des hot dogs, pas de panique, en front de mer vous trouverez de nombreux marchands qui vous proposeront toutes sortes de choses qui se mangent. Autant le dire tout de suite : si vous êtes adeptes du régime à base de légumes frais et de salades, vous allez être déçus. Ici, c’est le royaume des beignets, frites, barbes à papa et autres mayonnaises.

Testez tout de même le « seafood », de la friture de poisson, calamar et noix de coquilles saint-jacques : c’est bien gras, mais il faut l’avouer, assez déliceux. Plus léger, le clam chowder, une sorte de soupe crémeuse à base de palourdes, plat typique de la côte Est (Boston et le Maine), très bon aussi.

Coney Island, pour les américains, est synonyme de fête foraine (voir le très intéressant film sur Wikipédia). Dès les débuts, les forains se sont installés en bord de mer pour former les premiers parcs d’attraction permanents du pays. Un des plus connus était le Dreamland Park, réputé pour sa dimension et l’importance de ses attractions. Au début du XXème siècle, les attractions proposées étaient plutôt destinées aux adultes, d’autant que l’endroit avait une réputation assez sulfureuse.

Coney Island était considéré comme un lieu de dépravation consacré aux jeux d’argent et à la prostitution. Progressivement, des grandes roues et autres grands-huit se sont installés, battant à chaque inauguration de nouveaux records : le plus haut, le plus rapide… Attractions très courues : les « tunnels of love », sortes de trains-fantômes en barque, où les amoureux pouvaient se soustraire des yeux de leur chaperon durant quelques minutes.

Certains de ces manèges ont survécu au temps et sont toujours en place, même si beaucoup sont abandonnés et ne fonctionnent plus. Par exemple, un des symboles de Coney Island est cette tour étrange, en forme de parapluie rouge qui domine le secteur des attractions. Peu de personnes savent de quoi il s’agit : c’est la tour « Parachute », où les plus intrépides montaient par une échelle pour se laisser tomber avec un parachute retenu par une corde. L’attraction a disparu depuis longtemps, mais la tour est toujours là. Pour certaines occasions, elle est illuminée le soir avec des couleurs qui changent.

Il y a environ 35 manèges classiques dans le petit parc d’attraction surnommé Luna Park (son vrai nom est Deno’s Wonder Wheel Park). Attention, on est loin d’un parc comme Disneyland ! Les manèges appartiennent chacun à des propriétaires différents, on paye pour chaque attraction indépendamment. Les manèges sont tout à fait classiques. En fait, le parc est une étrangeté pour les américains, mais il ressemble beaucoup à une fête foraine comme on en voit encore beaucoup en France.

Les deux attractions qui valent vraiment le coup d’oeil sont la grande roue Deno’s Wonder Wheel (en haut, la vue est sympa, et curiosité : la roue est à deux étages que les cabines empruntent à tour de rôle grâce à un mécanisme particulier), et le grand-huit en bois (roller coaster), le mythique « Cyclone » qui fonctionne encore (voir le site de Cyclone pour les horaires), avec une altitude culminant à 26m (ce n’est plus depuis longtemps un record !).

C’est le seul rescapé des anciens grand-huit qui ont fait la réputation de Coney Island. Les Tornado, Flip-Flap et autres Thunderbird ont été démontés dansles années 80 après des décennies de pourrissement sur place. Souvent des cirques ambulants s’installent à coté de Luna Park. Le parc est ouvert approximativement de Pâques à la fin septembre.

Intéressant aussi, notamment pour les enfants, le New York Aquarium. Une partie est à l’intérieur, avec de superbes aquariums, et une partie extérieure avec des otaries et lions de mer dans des bassins. Selon les heures, on peut assister à des démonstrations par des animateurs du parc, ou au repas des animaux.

L’aquarium est plus un parc écologique et scientifique qu’un cirque pour animaux de mer. On peut y voir aussi des projections en 3D sur grand écran et accéder à la « touch pool » un bassin où on peut plonger la main pour caresser des étoiles de mer ou même certains poissons : amusant !

Vous venez un vendredi soir à Coney Island ? Vous avez de la chance : vous pourrez assister au feu d’artifice tiré face au parc d’attraction à 21h (du premier week-end de juin à la fin de la première semaine de septembre : Labor Day).

En dehors de la promenade du bord de mer (le célèbre Riegelmann boardwalk installé pour garantir l’accès à plage du public devant la colonisation excessive des boutiques et attractions), avec son plancher en bois qui fait près de 5 kilomètres de long, on trouve quelques magasins (accessoires de plage, mode, boutiques « hippies », restaurants) le long de Surf Avenue, boulevard parallèle en retrait d’un block.  Important : il n’y a aucun hotel ou motel en bord de mer, ni même à proximité.

La plage est immense, et l’été couverte de monde. Il peut y avoir plus de 200 000 personnes qui se baignent en été (mais on est loin du million de visiteurs recencés en 1919) ! La Police patrouille en permanence et c’est toute une brigade qui surveille la plage, en se déplaçant avec de petites voitures électriques sur la plage. Même s’il y a beaucoup de monde, la plage est si vaste que chaque famille dispose tout de même d’un espace confortable pour s’installer.

Coney Island est la plage populaire par excellence, les familles ou les groupes d’amis s’y retrouvent et font facilement la fête avec musique et boissons… Les regroupements se font souvent par communautés. Donc, ici vous aurez de la musique cubaine, un peu plus loin du reggae, du rap, des chansons italiennes, parfois même de la musique classique !!! Attention tout de même, les pickpockets sont souvent dans les parages…

La plage est très entretenue, elle est nettoyée toutes les nuits avec des engins qui la ratissent. Il y a des poubelles partout sur la plage. Et ne vous avisez pas de laisser des ordures en partant, vos voisins vous dénonceront à la police qui n’est jamais bien loin.

Si vous avez très chaud, vous pourrez vous baigner. Mais vous ne serez pas tout seuls dans l’eau (pour ça il faut aller plus loin vers l’est, Rockaway par exemple). Et l’eau est plutôt fraîche : c’est tout l’océan Atlantique devant vous, pas la Méditerranée… Des maîtres nageurs surveillent la plage, perchés sur de hautes chaises, un peu comme dans Alerte à Malibu. Par contre le soleil est en général présent tout l’été et il tape !

De loin en loin, en bordure de plage, vous trouverez des abris en béton qui offrent un peu de fraîcheur et d’ombre. Il y a des bancs, mais pas beaucoup de places libres (et beaucoup de personnes âgées qui se retrouvent pour parler du bon vieux temps). Les soirs d’été, il peut arriver sans prévenir des orages assez violents qui lèvent le sable en tempête.

Dès le printemps, et jusqu’à la fin de l’automne, Coney Island est le lieu de nombreux petits évènements, sportifs notamment. On ne compte plus les marathons, courses en rollers, concours de corde à tirer (tug of war), et défilés en tous genres.

Ce sont en général de petites animations sympathiques, mais deux sont plus importantes : le carnaval de Coney Island, The Mermaid Parade (un défilé bon enfant de déguisements et de chars, avec quelques starlettes un peu dénudées, sur le thème de la mer, Poséïdon et ses sirènes, avec élection de Miss Coney Island, suivi d’un bal, en général à mi-juin) et le concours de châteaux de sables, assez réputé, en juillet (voir vidéo ci-dessous).

Pour beaucoup, Coney Island n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut juste après guerre. Il ne subsiste que quelques attractions et snack bars. La nostalgie de l’ancien Coney Island hante les cinéastes comme Woody Allen qui, dans Annie Hall consacre une courte séquence à ce lieu culte (on voit également Coney Island dans les films Cloverfield, Le Choix de Sophie, Angel Heart, Il était une Fois l’Amérique, Gatsby le Magnifique…). Pour revitaliser Coney Island, plusieurs projets ont été envisagés : la construction d’un stade (Keyspan Park construit sur les ruines du Steeplechase Park) pour héberger la petite équipe de baseball de seconde division des Brooklyn Cyclones qui a ouvert en 2001, et les installations sportives imaginées pour la candidature aux Jeux Oympiques de 2012. Mais les jeux de 2012 n’auront pas lieu à New York, alors on envisage de transformer le projet en autre chose, quand la crise sera passée… Dernier parc d’attraction a avoir définitivement fermé ses portes en septembre 2008 : l’Astroland.

Coney Island reste un endroit à voir absolument, surtout en été avec sa foule bigarrée et les fameux hot-dogs. C’est un dépaysement absolu quand on vient de Manhattan, et le coté un peu fantomatique a son charme. L’hiver, tout est fermé ou presque (quelques boutiques ouvrent le week end, et Nathan’s est toujours ouvert). Mais la promenade en bord de mer est aussi un « must » pour peu qu’il y ait un rayon de soleil.

Commentaires ( 4 )

[…] aussi : notre article sur Coney Island – cliquez ici © Movila – 2012 Ce contenu a été publié le Photo de la semaine par Pierre […]

Photo NewYorkMania de la semaine #10 - New York Mania ! « New York Mania ! a ajouté quelques mots le Nov 25 12 à 12 h 49 min

[…] aussi : notre article sur le métro de NY – cliquez ici © Movila – 2012 Ce contenu a été publié le Photo de la semaine par Pierre […]

Photo NewYorkMania de la semaine #09 - New York Mania ! « New York Mania ! a ajouté quelques mots le Nov 25 12 à 12 h 51 min

Je suis tombée amoureuse de New-York, j’y retourne pour la 3ème fois cet été. J’ai découvert votre site par hasard et j’ai passé des heures à lire vos contenus ! C’est une mine de renseignements ! C’est également un plaisir de vous lire, les textes sont bien écrits et fournis, on apprend 1000 choses et vos recettes peuvent être suivies pas à pas et sont très appréciables tout comme la qualité de vos photos. Bravo !!!! Le meilleur site sur New-York !!!! Vérone

Vérone a ajouté ce commentaire le 11 04 2013 à 7 h 47 min

merci… je rougis de vos compliments !
Pierre

Pierre Movila a ajouté ce commentaire le 11 04 2013 à 8 h 39 min


Ajoutez un commentaire

Ce site est doFollow ! Et nous offrons un petit cadeau aux premiers commentaires…


XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Chronologie des articles

Précédent : «
Suivant : »

Articles récents :

  • French Comedy Festival 2017 – c’est reparti !
  • New York CityPASS : des économies en vue !
  • If and When – Amana Melome – un clip video newyorkais en stop motion par Ynon Lan
  • L’histoire de l’informatique est passée aussi par New York : une exposition de la New York Historical Society
  • 3 curiosités à voir absolument à New York

  • Voir aussi :

  • Empire State Building : incontournable !
  • Une carte interactive pour découvrir le vieux New York
  • Recette : la salade de pommes de terre à l’aneth comme à New York ! (dill potatoe salad)
  • Livre : Paul Auster’s New York (G. de Cortanze)
  • Times Square, carrefour du monde