Brooklyn Museum of Arts : le musée discret

Souvent ignoré des guides de voyage, le musée d’art de Brooklyn est pourtant un des plus importants des Etats-Unis. Il est vrai qu’il est un peu éclipsé par le Metropolitan Museum of Arts et autres Guggenheim et MoMA.

Mais il faut lui rendre justice : c’est un des lieux les plus intéressants de Brooklyn, et une visite s’impose dès qu’on a un peu de temps à consacrer à ce quartier de New York.

La création du Musée remonte à 1823, lorsqu’un bâtiment est construit pour abriter une bibliothèque destinée à éduquer les jeunes commerçants.

Dès les premières années, la bibliothèque abrite quelques salles d’exposition dédiées à des expositions temporaires de peinture et sculpture, mais aussi à des conférences scientifiques, notamment de géologie.

En 1846, le conseil de cet institut décide d’établir une collection permanente et une galerie ouverte au public.

En 1890, il est décidé, sous l’impulsion d’Augustus Graham de construire un nouveau bâtiment plus vaste, travaux conduits par une nouvelle fondation baptisée Brooklyn Institute of Arts and Sciences.

Ce sont les architectes McKim, Meads et White qui emportent le concours et construisent dès 1895 le musée qu’on peut voir aujourd’hui.

Le projet de construction était ambitieux et incluait la réalisation d’un complexe de parcs, jardins et bâtiments annexes.

Il faut dire qu’à cette époque ce secteur de Brooklyn ressemblait encore à un terrain vague dont la forme le fera baptiser « Brooklyn Institute Triangle » (ce triangle est aujourd’hui formé par les avenues Parkway, Flatbush et Washington).

Une bonne partie du projet sera réalisée, même si aujourd’hui l’ensemble est cerné par une zone fortement urbanisée.

Le nouveau musée a été inauguré officiellement en 1897 après 2 ans de travaux qui ont vu sortir de terre le pavillon central.

Les autres parties du Musée seront construites au fil du temps, construction plusieurs fois interrompue, notamment durant la première guerre mondiale. Le projet prévu par les architectes sera réalisé en 1926.

Initialement, il comprenait deux extensions : le musée des enfants et le jardin botanique. Ces deux entités existent toujours, adossées au musée, mais elle sont administrativement indépendantes depuis 1970.

Autour du musée on trouve aussi le Zoo de Brooklyn, l’immense Prospect Park avec son lac et son entrée monumentale, et la bibliothèque centrale de Brooklyn.

À l’origine, le musée présentait en façade un imposant escalier d’une vingtaine de marches. En 1934, il fut décidé de détruire cet escalier, jugé trop intimidant pour les visiteurs potentiels du musée.

Depuis lors, on entre dans le musée par le rez de chaussée et non le premier étage comme initialement.

Au cours du temps, le musée a subi de nombreuses rénovations et bénéficié d’extensions diverses comme un bâtiment administratif. La modification la plus marquante est la construction de la nouvelle entrée du musée en 2004, destinée à rééquilibrer esthétiquement l’aspect extérieur de la façade.

Cette nouvelle entrée est formée d’un pavillon avec un portique de verre à plusieurs étages qui apporte de la lumière dans l’entrée du musée et rappelle vaguement l’ancien escalier du bâtiment original. L’entrée présente une collection de statues en bronze, dont plusieurs de Rodin.

Aujourd’hui, le musée de Brooklyn est le second en importance dans la ville de New York, après le Metropolitan.

Sa surface totale est de 52 000 m². Il possède plus de 1,5 millions d’objets et accueille plus de 500 000 visiteurs par an.

Le musée est vaste et nécessite une visite de plusieurs heures pour tout découvrir. Les différentes sections du musée présentent des oeuvres  d’art antique tout comme de l’art contemporain, en passant par les arts décoratifs.

Le musée comprend une vaste collection consacrée à l’Egypte ancienne, avec des salles d’exposition récemment rénovées en 2003 et qui valent vraiment le déplacement à elles seules. Également, une galerie est consacrée à l’art africain, asiatique et islamique.

Très intéressante aussi : la section « américaine » qui montre de nombreux objets décoratifs d’origine nord-américaine.

Notamment, on n’oubliera pas de visiter les reconstitutions de maisons, très spectaculaires : objets usuels en place, meubles, décoration… on s’y croirait vraiment !

À ne pas rater non plus : la section « Visible Storage », une présentation très originale d’oeuvres et objets du XIXème et début XXème siècles, sous forme d’un entrepôt avec ses rayons de stockage.

On entre dans cette section, qui n’était pas ouverte au public autrefois, par un sas vitré.

L’endroit est climatisé et sous ambiance contrôlée, pour préserver au mieux les objets qui y sont entreposés. Les peintures sont stockées sur des grilles montées sur roulements que l’on peut tirer comme des portes coulissantes.

Ne pas manquer d’admirer la célèbre bicyclette rouge datant des années 30.

Autre particularité du musée : la galerie dédiée à l’art féministe. Cette section a été créée en 2007 et baptisée Elizabeth A. Sacler Center for Feminist Art.

Elle rassemble de nombreux objets et oeuvres sélectionnées pour leur implication dans le courant féministe contemporain.

Le « clou » de la galerie est certainement l’oeuvre monumentale de l’artiste Judy Chicago (artiste-activiste californienne née en 1939) : The Dinner Party. Cette oeuvre réalisée en 1979 représente en taille réelle une table de banquet immense avec assiettes et couverts.

Chacune des 39 places est dédiée à une femme célèbre, avec une assiette originale mais aussi une nappe brodée spécifique, et autres objets en rapport avec l’activité de chacune des personnalités représentées.

Cette « installation » monumentale a demandé cinq ans de travail et la participation de nombreux bénévoles pour sa réalisation.

Le lieu vaut aussi pour son architecture orginale conçue par l’architecte Susan T. Rodriguez.

Le musée présente régulièrement des expositions temporaires de première importance, notamment de photographie contemporaine et de sculpture, mais aussi de peinture, comme celle consacré à Caillebotte en 2008 et Norman Rockwell en 2011. Au premier étage du musée se trouve aussi une belle collection de sculptures, rassemblées dans la collection Steinberg.

On peut consacrer un peu de temps à la collection de peintures européennes, qui propose quelques oeuvres intéressantes de Frans Hals, Goya, Picasso, Monet, et des dessins de Degas.

Le musée mérite donc toute l’attention du touriste en visite à New York, et on ne saurai trop recommander d’y consacrer une visite d’une demie-journée, sans oublier un petit détour par le jardin botanique, superbe au printemps et en été, voire au zoo de Prospect Park, un des plus importants de la métropole.

Petit détail pratique : prévoyez un sandwich… il n’y a guère de commerces ou restaurants aux alentours du musée. Ou alors optez pour une halte au café du musée.

Pour se rendre au musée, le plus simple est de prendre le métro, lignes 2 ou 3, et descendre à la station « Eastern Parkway / Brooklyn Museum ». On peut aussi utiliser le bus, arrêts B41, B69, B48. Attention : Brooklyn est une autre commune que Manhattan, les noms de rues sont parfois dupliqués entre les deux, soyez toujours sûrs d’aller vers la bonne adresse…

Autre précaution : le musée est fermé tous les lundis et mardis (oui deux jours chaque semaine…). Les autres jours il est ouvert de 11 heures du matin à 18h (22h les jeudis et vendredis).

Le prix d’entrée « suggéré » est de 10$ pour les adultes, avec un tarif réduit de 6$ pour les seniors et étudiants (les musées à New York suggèrent un prix, mais vous pouvez donner moins ou plus, selon vos moyens). Les enfants de moins de 12 ans entrent gratuitement. Noter qu’il existe un billet combiné avec le jardin botanique (18$) avantageux.


    

  

Commentaires ( 1 Commentaire )

[…] de l’Antiquité à nos jours y sont exposés. Il sera également intéressant de visiter le Brooklyn Muséum (200 Eastern […]

Voyager à New York : Une liste des quartiers les plus sympa à visiter ! - Weevoyage a ajouté quelques mots le Oct 10 13 à 11 h 39 min

Ajoutez un commentaire

Ce site est doFollow ! Et nous offrons un petit cadeau aux premiers commentaires…


XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Chronologie des articles

Précédent : «
Suivant : »

Articles récents :

  • French Comedy Festival 2017 – c’est reparti !
  • New York CityPASS : des économies en vue !
  • If and When – Amana Melome – un clip video newyorkais en stop motion par Ynon Lan
  • L’histoire de l’informatique est passée aussi par New York : une exposition de la New York Historical Society
  • 3 curiosités à voir absolument à New York

  • Voir aussi :

  • La Fashion Week de New York en abécédaire
  • Bill de Blasio, nouveau maire de New York
  • New York Mania ! Un an déjà…
  • Du téléphone public… à la borne Internet
  • New Jersey City vue de Battery Park