L’église de Saint Paul the Apostle à Manhattan

Les missionnaires de Saint-Paul-Apôtre, surnommés aussi les Pères Paulistes, est une mission catholique fondée à New York en 1858 par le Père Isaac Hecker (1819-1888). Cette congrégation missionnaire a été la première communauté de prêtres installée aux Etats-Unis.

Caractéristique typiquement américaine, la mission est véritablement organisée comme une société, avec son président et un conseil d’administration élu pour des mandats de quatre ans !

Elle a été fondée avec comme principe fondateur d’évangéliser la population américaine, en utilisant des méthodes que l’on qualifierait aujourd’hui de « marketing », en s’appuyant sur tout ce que la vie moderne offre comme média pour porter la bonne parole : livres, journaux (dont The Catholic World, journal fondé en 1865), radios, émissions de TV, et aujourd’hui internet.

L’église de Saint Paul the Apostle (St Paul Apôtre) à Manhattan est le « vaisseau amiral » de cette congrégation. Elle est située entre la 59ème et 60ème rue sur Colombus avenue, à deux pas du Lincoln Center et de Colombus Circle.

Sa construction, selon nos standards européens, est récente : elle a été réalisée entre 1876 et 1884, sous l’impulsion du Père Hecker, de retour d’un voyage en Europe où il avait été très impressionné par visite des églises de Ravenne et de Florence, notamment la célèbre basilique de Santa Croce datant du XIIIème siècle qui l’inspirera comme modèle.

La bâtisse a été réalisée dans un style néo-gothique d’inspiration italienne, en utilisant du granit gris provenant de Tarrytown, une petite ville située à 50km au nord de Manhattan sur les rives de l’Hudson (pour l’anecdote, cette ville est le lieu où se déroule la légende de Sleepy Hollow – la légende du cavalier sans tête – histoire reprise par le réalisateur Tim Burton pour un film fantastique avec Johnny Depp). De ce fait, la silhouette de cette grande église est imposante et un peu triste, sans beaucoup de charme à l’extérieur.

L’intérieur est par contre richement décoré. De nombreux artistes ont été commissionnés pour réaliser son embellissement : on citera entre autres John LaFarge (vitraux), Augustus Saint-Gaudens, Lumen hiver, Stanford White, et plus tard, William Laurel Harris.

Lorsqu’on pénètre dans l’église, on est accueilli par un fonts baptismal en marbre blanc magnifique fonctionnant comme une fontaine.

Juste derrière l’autel on peut admirer un orgue. A l’origine, il s’agissait d’un orgue Skinner qui a été remplacé en 1965 par un orgue de la société Moller, entièrement restauré en 2000 par la société Peragallo. C’est un instrument de classe mondiale, avec 4 claviers, 82 registres, et 4965 tuyaux. De nombreux organistes célèbres sont venus jouer sur cet orgue.

Autre curiosité de l’église, sa grande fresque située au dessus du portail représentant la crucifixion du Christ et qui s’étend sur toute la largeur de l’église.

Le sarcophage où est inhumé Isaac Thomas Hecker se trouve dans l’angle nord-est du choeur de l’église. Traditionnellement les Pères Paulistes sont enterrés dans la crypte de la chapelle située sous l’autel.

Dans une des chapelles latérales se trouve une curieuse oeuvre de l’artiste Alan Dietrich : un Christ allongé, entouré de fossiles, notamment des fragments de tyrannosaure découverts au Kansas. Le corps du Christ est lui-même constitué de morceaux de fossiles. Cette oeuvre, nommée « Résurrection » a suscité bien des polémiques, notamment parce que la sculpture représentait un Christ nu. Depuis, elle est recouverte par un linge brodé, pudeur oblige.

À l’entrée de l’église vous trouverez une boutique de souvenirs et une librairie religieuse. Des concerts de musique classique sont régulièrement organisés dans l’église qui a, paraît-il une acoustique idéale. Au début du XXème siècle, on y organisait même des combats de boxe, et les célèbres danseuses du Radio Music City Hall, The Rockettes,  y avaient élu domicile un moment pour répéter !

Plus sérieusement, l’église est une des rares églises de Manhattan qui sert régulièrement de refuge pour les sans-abris l’hiver, et de local pour la soupe populaire. C’est aussi un lieu de culte très actif avec pas moins de 6 messes le dimanche, dont certaines en langue espagnole.

Détail intéressant pour les « routards » : l’église a installé un accès libre Wifi près de son entrée, vous pouvez donc venir vous connecter à Internet et relever vos emails gratuitement en vous positionnant sur les marches devant l’entrée, à toutes heures, même quand l’église est fermée. Modernes, les Pères Paulistes !

Des questions ? D’autres anecdotes ? N’hésitez pas, laissez nous un commentaire ci-dessous !


Commentaires ( 3 )

Cool le conseil pour le Wifi !

Elise K a ajouté ce commentaire le 18 03 2012 à 13 h 00 min

Pierre, je suis passée maintes fois devant cet édifice sans entrer. Je le regrette. Mais il n’est pas trop tard. Vos photos nous donnent a voir un décor très italien, chaleureux et accueillant. Il est vrai que les lieux de culte a New York n’ont pas l’austerite de ceux de France. Pensez a visiter mon blog sur New York. Vos commentaires me seront précieux.

Brigitte a ajouté ce commentaire le 22 03 2012 à 7 h 30 min

Très sympa cette série sur cette église New Yorkaise! Le style est différent de ce qu’on voit en Europe, mais c’est chouette. Et l’article est intéressant!

KyoZyh a ajouté ce commentaire le 23 03 2012 à 9 h 29 min


Ajoutez un commentaire

Ce site est doFollow ! Et nous offrons un petit cadeau aux premiers commentaires…


XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Chronologie des articles

Précédent : «
Suivant : »

Articles récents :

  • Nanoblock New York : pixelisez New York !
  • Love, la sculpture de Robert Indiana à New York
  • Visiter New York en voiture ? Mode d’emploi
  • New York CityPASS : des économies en vue !
  • Le Fleuve et le Chien, une nouvelle graphique et une exposition itinérante de peintures

  • Voir aussi :

  • 3 millions de livres !
  • Magazine : Lonely Planet New York
  • American Museum of Natural History : sciences et nature au coeur de New York
  • Livre : New York, une histoire d’architecture (par YAB)
  • Recette : le Coleslaw comme à New York !