Livre : New York Stories – nouvelles new-yorkaises

Les éditions Folio publient un petit livre de poche intitulé New York Stories, rassemblant plusieurs nouvelles sur le thème de New York. Evidemment, ce qui fait l’intérêt de ce livre, ce sont d’abord les signatures : F. Scott Fitzgerald, Henry Miller et Jerome Charyn.

Et puis le fait qu’il s’agit de textes rarement édités, probablement parce qu’ils sont trop courts pour faire l’objet chacun d’un volume. On y retrouve trois textes : « Rags Martin Jones et le Prince de Galles » par F. Scott Fitzgerald, l’auteur du célèbre Gatsby le Magnifique, le « 14ème District » d’Henry Miller (l’auteur du Tropique du Cancer), et « Chante, Shaindele, Chante » de Jerome Charyn (le romancier contemporain, auteur de l’Homme qui Rajeunissait).

Trois romanciers, trois époques (les années 20 pour Fitzgerald, les années 50 pour Miller, et les années 80 pour Charyn). Et bien-sûr, trois styles. L’ouvrage se dévore avec appétit, d’autant qu’il fait à peine 170 pages, en mode bilingue (page de gauche en anglais, et page de droite en français).

Le livre est agréablement illustré en son centre par quelques pages contenant une douzaine de photos en noir et blanc évoquant le New York contemporain des différents écrits.

L’ouvrage commence par une longue et intéressante préface de Gérard-Georges Lemaire qui précise le contexte historique et littéraire des trois textes. La traduction des textes originaux en français est d’une remarquable qualité, exercice d’autant plus périlleux pour les traducteurs qu’on a en permanence sous les yeux la version anglaise comme point de comparaison ! Les traducteurs méritent d’être cités : Suzanne Mayoux, Henri Fluchère, et Anne Rabinovitch.

Scott Fitzgerald nous parle d’une ravissante jeune femme, d’une beauté exceptionnelle et riche à milliards, revenant à New York après un long voyage en Europe. Tous ces atouts concédés par le hasard n’en font pas pour autant un bonne personne… Le texte est un prétexte à décrire la haute société new-yorkaise des années 20.

Miller décrit en quelques pages Brooklyn et le 14ème district (secteur), lieu empli de souvenirs de son enfance, sordide par certains aspects, mais magnifié par la nostalgie et la tendresse de Miller.

Charyn nous conte l’histoire d’une jeune adolescente de confession juive, prénommée Shaindele, qui voit en même temps que sa poitrine croît et qu’elle devient femme, ses rapports à son père et à son entourage changer radicalement. Le tout dans l’ambiance de l’arrière décor des music-hall et l’intimité d’une famille juive de New York.

Ce petit livre est précieux, facile à lire, court (trop court en fin de compte), et d’un prix modique. Si vous voulez passer un bon moment, et, pourquoi pas, pratiquer un petit exercice de lecture en version originale américaine, je vous le recommande.

EXTRAIT :

Le Majestic fendait les eaux du port de New York par un beau matin d’avril. Il renifla au nez des remorqueurs et des bacs à l’allure de tortue, adressa un clin d’oeil à un jeune yacht aguicheur, et d’un coup de sirène revanche, écarta de son chemin un transport de bestiaux.

Puis il s’amarra à son quai personnel avec autant de manière qu’une grosse dame qui s’assied, et annonça complaisamment qu’il venait tout droit de Cherbourg et Southampton en transportant à son bord l’élite du monde. L’élite du monde, debout sur le pont, agitait idiotement la main en direction des parents pauvres qui attendaient, sur le quai, leurs gants de Paris.

Un grand toboggan eut tôt fait de réunir le Majestic au continent nord-américain, et le navire commença à dégorger l’élite du monde, autrement dit Gloria Swanson, deux acheteurs de chez Lord & Taylor, le ministre des finances de Graustark se proposant de consolider la dette, et un roi africain qui avait passé tout l’hiver à essayer de débarquer quelque part et souffrait d’u violent mal de mer. Les photographes travaillaient ferme pendant que le flot des passagers s’écoulait sur le quai. Des applaudissements explosèrent pour saluer l’apparition sur des civières de deux natifs du Middle-West qui s’étaient saoulés à mort pour fêter la dernière nuit de traversée.

Le pont se vida graduellement, mais, alors que la dernière bouteille de Bénédicte était parvenue à quai, les photographes restaient à leur poste. L’officier responsable du débarquement se tenait planté au pied de la passerelle, et regardait alternativement sa montre et le pont, comme si une partie précieuse de la cargaison se fut encore trouvée à bord. Un long « Ah-h-h ! » de satisfaction monta enfin de la foule groupée autour du débarcadère, lorsqu’un cortège singulier commença à descendre du pont B.

En tête venait deux femmes de chambre françaises, chargées de petits chiens violacés, et suivies d’une escouade de porteurs, aveugles et invisibles sous d’innombrables gerbes de bouquets de fleurs fraîches. Une autre femme de chambre venait derrière ; elle tenait par la main un enfant aux yeux tristes, un petit orphelin à l’air français ; il était lui-même talonné par l’officier de second, qui traînait deux borzoïs neurasthéniques contre leur gré et contre le sien propre. Il y eut une pause.

Puis le capitaine, Sir Howard George Witchcraft, apparu au bastingage, flanqué de quelque chose qui aurait pu être un tas de somptueux renards argentés.
Rags Martin-Jones, après cinq ans dans les capitales européennes, revenait sur sa terre natale !

F.S Fitzgerald, H. Miller, J. Charyn. Nouvelles New-yorkaises (New York Stories).
Collection Folio Billingue. ISBN 978-2-07-034088-0.


 

Commentaires ( 2 )

Très sympa d’avoir les versions originales et françaises. Cela me fera un excellent exercice d’anglais avant de retourner à New York en août.

Félicitations pour votre site!

steph' a ajouté ce commentaire le 24 06 2012 à 22 h 20 min

Merci !
Pierre

Pierre Movila a ajouté ce commentaire le 25 06 2012 à 0 h 53 min


Ajoutez un commentaire

Ce site est doFollow ! Et nous offrons un petit cadeau aux premiers commentaires…


XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Chronologie des articles

Précédent : «
Suivant : »

Articles récents :

  • French Comedy Festival 2017 – c’est reparti !
  • New York CityPASS : des économies en vue !
  • If and When – Amana Melome – un clip video newyorkais en stop motion par Ynon Lan
  • L’histoire de l’informatique est passée aussi par New York : une exposition de la New York Historical Society
  • 3 curiosités à voir absolument à New York

  • Voir aussi :

  • Livre : New York Délire par Rem Koolhaas
  • The Andy Warhol Monument à Union Square
  • Ballade à Coney Island
  • Le Cronut, nouvelle folie pâtissière de New York
  • Une promenade en voilier au large de Manhattan