L’artiste Banksy en résidence à New York

Banksy est un mystère bien entretenu. En effet, depuis des années le célèbre graffeur qui se cache derrière ce pseudonyme refuse de se montrer en public et de révéler son identité. Tout ce qu’on sait de lui officiellement, c’est qu’il est d’origine britannique et aurait environ 40 ans. Sa spécialité est le « street art », pour l’essentiel des graffitis réalisés à la bombe, souvent avec des pochoirs, décrivant des scènes plutôt réalistes avec des personnages souvent représentés en silhouette associés à des messages interpellants un peu humoristiques.

Banksy New York - NewYorkMania Lire la suite

New York durant l’ère Bloomberg : quoi de neuf ?

L’ère Michael Bloomberg touche à sa fin : le maire de New York termine bientôt, en novembre, son troisième mandat de 4 ans à la tête de la ville. L’heure est au bilan, et le célèbre journal New York Times publie une page interactive sur son site internet proposant une visite virtuelle très réussie de la ville, mettant en évidence les réalisation les plus marquantes du maire.

Reshaping New York - Bloomberg legacy - New York Mania

Ainsi, on peut survoler une représentation en image de synthèse de la ville et voir les secteur qui ont le plus changé ces dernières années, développement de certains quartiers et nouveaux grattes-ciels, plan des pistes cyclables et zone piétonnières, etc. Lire la suite

Recette : la salade de pommes de terre à l’aneth comme à New York ! (dill potatoe salad)

Voici la recette originale de la salade de pommes de terre à l’aneth que l’on trouve partout à New York : la fameuse Dill Potatoe Salad (dill, en anglais, c’est de l’aneth). Il s’agit d’un plat qui est très souvent proposé en accompagnement de viande grillée, hamburgers, ribs,  sandwiches au boeuf, tout comme la salade Coleslaw.

C’est une recette INRATABLE et rapide à préparer. L’essentiel est de rassembler les ingrédients. Lire la suite

Les langues parlées à New York révélées par les tweets

Cette vue de New York a été réalisée par James Cheshire, Ed Manley, et John Barratt, trois ingénieurs de la société anglaise Spatial Analysis. À première vue, on croirait une vue de l’espace telle qu’on pourrait l’observer la nuit et représentant l’éclairage nocturne de la ville.

En fait c’est une image de synthèse représentant les messages Twitter (des tweets) géolocalisés tous les 10 mètres. Lire la suite

Les « Fire Lanes » dans Manhattan

Au feu les pompiers ! Ce n’est déjà pas simple de lutter contre le feu dans une ville « normale », alors imaginez à New York. Il faut pouvoir intervenir dans des tours de 10 étages et souvent beaucoup plus (pas d’échelle pour cette hauteur), dans des rues encombrées, avec beaucoup de passants…

Bref, ce n’est pas simple. C’est pourquoi dans beaucoup d’avenues on voit des voies réservées aux pompiers : les Fire Lanes. Comme nos couloirs de bus, la circulation n’y est pas autorisée pour les véhicules particuliers. Ces voies rapides permettent de circuler plus vite avec des véhicules encombrants comme la grande échelle, et de porter secours rapidement dans une ville immense et complexe. On a décrit souvent Manhattan comme un chaos routier, mais force est de constater que ces Fire Lanes sont très respectées. Il faut dire aussi que les contraventions sont salées si vous essayez de transgresser (pas loin de 1000$).
©Movila – 2012

Livre : New York Stories – nouvelles new-yorkaises

Les éditions Folio publient un petit livre de poche intitulé New York Stories, rassemblant plusieurs nouvelles sur le thème de New York. Evidemment, ce qui fait l’intérêt de ce livre, ce sont d’abord les signatures : F. Scott Fitzgerald, Henry Miller et Jerome Charyn.

Et puis le fait qu’il s’agit de textes rarement édités, probablement parce qu’ils sont trop courts pour faire l’objet chacun d’un volume. On y retrouve trois textes : « Rags Martin Jones et le Prince de Galles » par F. Scott Fitzgerald, l’auteur du célèbre Gatsby le Magnifique, le « 14ème District » d’Henry Miller (l’auteur du Tropique du Cancer), et « Chante, Shaindele, Chante » de Jerome Charyn (le romancier contemporain, auteur de l’Homme qui Rajeunissait). Lire la suite

Bronx : New York Botanical Garden

Assez loin à l’écart de Manhattan, situé dans un ilot de verdure au nord du Bronx, mal desservi par les transports en commun, le New York Botanical Garden est un peu boudé par les touristes qui visitent New York. C’est pourtant un des plus grands parcs botaniques du monde, et sa visite mérite vraiment le détour, toute l’année, mais notamment au printemps quand toutes les fleurs sont écloses.

Le jardin botanique de New York a été imaginé à la fin du XIXème siècle par un couple de botanistes de l’Université de Columbia, Nathaniel Lord Britton et sa femme Elisabeth Gertrude. Le couple avait été fortement impressionné par la visite des Jardins botaniques royaux en Angleterre, les Kew Gardens, lors d’un périple qu’ils effectuèrent en Europe. De retour à New York, ils réussirent à convaincre les membres du Torrey Botanical Club auquel ils appartenaient d’initier la création d’un jardin botanique d’envergure.

Lire la suite

Magazine : Globe-Trotter Spécial New York

Le numéro 4 de la nouvelle formule du magazine Globe-Trotter est consacrée à New York.  Ce n’est pas un mensonge : 84 pages entièrement consacrées au rêve américain (le numéro a pour titre : American Dream), ce n’est pas si courant !

Et c’est également une bonne surprise : beaucoup de photographies, superbes, et des sujets pas trop usés. Notamment de bons conseils pour visiter Brooklyn, et même le Bronx, Queens Village. Bonne idée, car c’est là que « ça se passe » actuellement à New York.

Lire la suite

Woodbury Common : l’outlet de New York

Quel est le meilleur endroit pour faire des économies quand on veut refaire sa garde-robe à New York ? Les outlets pardi !

Qu’est ce qu’un outlet ? Un magasin d’usine, de déstockage, littéralement. C’est un peu une spécialité américaine, qu’on trouve sous la forme de véritables centres commerciaux de la taille de nos hypermarchés, situés à quelques kilomètres du centre des grandes villes.

New York

Les outlets rassemblent souvent plus d’une vingtaine de boutiques autour d’un vaste parking, boutiques qui proposent toutes des produits soldés, dégriffés, mais néanmoins de marque. Les prix sont souvent étonnamment bas, pour des produits qui sont plutôt luxueux. Bref une bonne affaire pour le touriste en mal de shopping.

Vous l’avez compris, les outlets ne sont jamais dans les centres-ville, mais situés à environ 30-40 kilomètres de ceux-ci. La raison est légale, pour éviter une concurrence trop directe avec les boutiques traditionnelles. Les outlets de New York n’échappent pas à la règle (sauf pour le centre Century 21 dont nous parlerons dans un autre article).
Lire la suite